· 

Des nouvelles de la Madone de la Charade

 

Le 13 septembre dernier (1), la Madone de la Charade était descendue de la niche où elle veillait sur le quartier à l’angle de la rue Paul Bert et la rue Baraban depuis le XIXe siècle. Recueillie en très mauvais état par la Paroisse du Sacré Cœur, elle a été confiée à un professionnel qui la restaure bénévolement. Elle est constituée d’un mélange de terre cuite, plâtre et ciment, ce qui explique la couleur ocre sous le badigeon. Voici quatre étapes de la réfection de son visage.

 

 

Il manque encore une dernière couche de patine. Elle sera installée dans la Chapelle Sainte Anne du Sacré Cœur
avant le 8 décembre, bien à l’abri des intempéries.


Écrire commentaire

Commentaires: 0