· 

Mais où est le lit de Jean-Paul II ?

 

Eorum culpa, eorum maxima culpa. C'est leur faute, c'est leur très grande faute. Ils tiennent à reconnaître leur erreur et à rétablir la vérité : le 12 avril 2019, lors de la balade de lancement "De la place Croix-Paquet au cours d'Herbouville", les trois compères accompagnateurs du groupe ont affirmé que l’appartement occupé par le Pape Jean-Paul II pendant son séjour à Lyon en octobre 1986 avait été conservé en l’état lors de la vente du grand séminaire Saint-Joseph de Sainte-Foy-lès-Lyon.


Et bien il n’en est rien. Voici la véritable et l’incroyable histoire du lit de Jean-Paul II selon une source digne de foi, Le Progrès numérique du 6 mars 2016.

 

La chambre du pape Jean-Paul II lors de sa venue à Lyon en octobre 1986 (photo : Dr Moreteau)
La chambre du pape Jean-Paul II lors de sa venue à Lyon en octobre 1986 (photo : Dr Moreteau)

En 2008, lors de la vente aux enchères de l’ensemble des biens du séminaire de Sainte-Foy-lès-Lyon, le Dr Jean-Jacques Moreteau, Président de l’association La Fontanière,  et Michel Terrot, ancien député, achètent pour un montant de 2900 € le mobilier de la chambre papale : lit, table de nuit, armoire, fauteuil et table. Ils pensent aider ainsi à la sauvegarde de la chambre et éviter toute spéculation d’autant qu’un état des lieux patrimonial attestée par la mairie de Sainte-Foy-lès-Lyon mentionne un projet de conservation de ce mobilier.


Mais le prix de l’immobilier au mètre carré a raison de ces nobles intentions. La société Build Invest, basée à Paris, ne répond pas à une demande d’éclaircissements, à savoir si elle est tenue à la sauvegarde de cette chambre par un engagement contractuel.


Les deux acheteurs se retrouvent donc avec une chambre à coucher, certes historique, mais dont aucun n’a besoin. Le mobilier reste alors stocké dans une pièce saine du domaine Saint-Joseph. À l’occasion des journées du Patrimoine, le Dr Moreteau rencontre le père Jean-Sébastien Tuloup, directeur du grand séminaire place de Fourvière, et propose de lui faire don du mobilier du Saint-Père.

 

Après accord du Cardinal Barbarin, le mobilier est transféré en 2014 à Fourvière. Interrogé, l’archevêché assure que le mobilier existe toujours, qu’il est soigneusement emballé, mais aucun projet le concernant n’est à l’ordre du jour.

Commentaire de nos trois accompagnateurs Pierre Duband, Pierre Gremilly et Gilles Lagrion : "Cela nous rappelle une histoire de statue dont personne ne voulait plus et qui est restée longtemps abandonnée dans un sous-sol avant de finir en robinet ! Espérons donc que ce mobilier ne finira pas en allumettes... Et si vous voulez savoir comment une statue peut finir en robinet, vous n'avez qu'à venir à notre prochaine balade."

Écrire commentaire

Commentaires: 0