De la place Antonin-Poncet à la place Ampère


La place Antonin-Poncet avec le clocher de la chapelle de l'ancien hôpital de Charité
La place Antonin-Poncet avec le clocher de la chapelle de l'ancien hôpital de Charité

 

 

 

De la place Antonin-Poncet à la place Ampère, on serait bien en peine de donner un nom à ce quartier. Pourtant, s'il n'a pas de nom, il ne manque pas d'histoire. On peut remonter son passé jusqu'aux Gallo-romains qui y ont laissé les traces de leur passage.

 

Du fait de sa longue histoire, il a subi beaucoup de transformations. Sa partie sud a été gagnée sur l'eau. Comment retrouver la trace des anciens remparts et du gigantesque chantier mené ici avant la Révolution ?

 

Place Antonin-Poncet, le clocher familier aux Lyonnais est le seul vestige de l'ancien hôpital de la Charité qui a existé à l'emplacement de la Grande Poste et de l'Hôtel des Impôts pendant cinq siècles.



Nous longerons l'immeuble du Nouvelliste et nous découvrirons l'histoire singulière de ce journal. Plus loin, nous plongerons dans l'atmosphère des riches familles du XVIIIe siècle qui ont édifié ici leurs hôtels particuliers, dont certains sont aujourd'hui des musées.

 

D'autres bâtiments, couvents, hôpital militaire, prisons, ont aujourd'hui disparu et ont été complètement oubliés. Comment deviner que l'école Michelet est située à l'endroit d'un lieu d'enfermement des prostituées ? Entrons dans des cours mystérieuses où nous retrouverons le souvenir de l'Intendant, d'Antoine-Michel Perrache et des Chevaliers de l'arc. Ce quartier recèle des richesses historiques et patrimoniales insoupçonnées, souvent oubliées ou cachées, qui méritent quelques détours.