Façades et lambrequins

 

De la place Antonin-Jutard à la place Guichard

Cour du 49 au 55 avenue de Saxe (architecte : P. E. Bissuel)
Cour du 49 au 55 avenue de Saxe (architecte : P. E. Bissuel)

 

 

 

 

Petites maisons, immeubles privés, bâtiments publics, Lyon nous regarde de toutes ses fenêtres.

Trop de lumière, besoin de plus de discrétion, comment les fenêtres de notre ville sont-elles occultées ?

 

Volets, persiennes mais surtout jalousies préservent l'intimité des foyers.



Lambrequins du 92 rue Moncey (architecte : F. Guillotel)

De la création du quartier, au XIXe siècle, jusqu’aux années 1930, « l’abat-jour à la lyonnaise » et son lambrequin ont été privilégiés. En bois, en tôle mais principalement en fonte d’ornement, en parcourant rues, avenues et espaces publics du quartier, nous découvrirons l'extraordinaire variété des lambrequins lyonnais. Nous serons également attentifs aux façades, à l’évolution des styles architecturaux et à l’urbanisme.


Façade 61-65 cours de la Liberté (architecte : Tony Blein)
Façade 61-65 cours de la Liberté (architecte : Tony Blein)
61-65 cours de la Liberté : cour intérieure
61-65 cours de la Liberté : cour intérieure


Avant de rejoindre le lieu de départ de la visite, ou à l’occasion, prenez le temps d’une halte au café du Rhône, 23 quai Augagneur,  classé “Patrimoine du XXe siècle” pour sa décoration. Il est encore “dans son jus”.


Photos : Denis Lang