Du "bourg" Saint-Vincent au quartier de la Martinière (2)

 

Le quartier de la Martinière


Au début du XIVe siècle, deux communautés religieuses s'établissent "hors les murs", au sud-est du bourg Saint-Vincent : en 1303, les Grands Carmes, et en 1313, les Grands Augustins. Ils y resteront jusqu’à la Révolution quand leurs couvents sont déclarés biens nationaux.

 

Notre visite permettra de comprendre le destin de chacun de ces clos religieux. Si le couvent des Grands Carmes a presque totalement disparu, celui des Grands Augustins a laissé plusieurs traces :

     - la chapelle est devenue la nouvelle église paroissiale du quartier,

     - les bâtiments conventuels ont été aménagés pour accueillir l’école de la Martinière,

     - dans le jardin ont été établies les Halles de la Martinière.

 

Pour améliorer la circulation et aérer le quartier, la municipalité fera ouvrir, au début du XXe siècle, la rue de la Martinière, le long de laquelle sera édifié le plus important ensemble de bâtiments « Art Nouveau » de notre ville, en particulier la Martinière des jeunes filles et la salle Rameau.

 

Nous découvrirons aussi les 3 fresques que la ville et des mécènes ont fait réaliser pour masquer les cicatrices laissée par l’ouverture de la nouvelle rue.



Saint-Louis Saint-Vincent
Saint-Louis Saint-Vincent
3, rue de la Martinière
3, rue de la Martinière
la salle Rameau, 25 rue de la Martinière.
la salle Rameau, 25 rue de la Martinière.
Le mur des Lyonnais
Le mur des Lyonnais


Photos : Denis Lang