Vaise III : de Valmy à Valmy

 

par la place de Paris et le rond-point des Monts-d'Or

 

Cette troisième balade dans les rues de Vaise s’inscrit dans le droit fil des deux précédentes, avec la volonté de revaloriser l’image de ce quartier, marqué par une riche histoire et l'empreinte de son passé industriel.



Nous retrouverons le souvenir de La Claire, cette villa construite par un riche marchand florentin au XVIe siècle. Elle eut l'honneur d'accueillir en 1595 le futur Henri IV et abrita pour un bref séjour le général Précy mis en déroute par les troupes de la Convention après le siège de Lyon.

Vue de la Claire (lithographie de Pascal, estampe de Guindrand)
Vue de la Claire (lithographie de Pascal, estampe de Guindrand)


Démembrée au XIXe siècle sous la pression de l’industrialisation, la propriété fut d'abord marquée par la construction de la gare Paris-Lyon, puis l'implantation de multiples entreprises dont certaines étaient très innovantes à leur époque : PIGUET, fabricant de machines à vapeur, TESTE et MORET créateurs d'un véhicule à moteur thermique et châssis tubulaire, « la Mouche », produite en 400 exemplaires dans les années 1900, les foulards ROZIER, et d’autres de renommée plus régionale, comme les pâtes REGIA ou les dragées BENIER

Un clic sur chaque photo pour l'agrandir


En nous aventurant dans les arrière-cours, nous retrouverons certains entrepôts du XIXe siècle et en poussant quelques portes, nous découvrirons des îlots de calme tout proches des flots de circulation qui environnent la gare SNCF.

 

D’autres découvertes d'intérêt culturel ou architectural viennent enrichir ce parcours, tels la médiathèque Marceline Desbordes-Valmore, le Théâtre Nouvelle Génération, ou l'immeuble de l'architecte Emmanuel Cateland, premier "gratte-ciel" lyonnais construit en 1911. Et nous n'oublierons pas d'évoquer les bombardements de 1944 avec leur conséquences dramatiques pour le quartier, dont l’église de l’Annonciation porte encore témoignage.

Un clic sur chaque photo pour l'agrandir




Texte et documents : Jean-Christian Gaudet