Petit patrimoine urbain méconnu, voire inconnu, le lambrequin est une spécialité lyonnaise : il protège le haut du "store ou abat-jour à la lyonnaise", constitué de lames de bois orientables et mobiles verticalement, reliées par des chainettes métalliques, système courant d’occultation des fenêtres à Lyon.

 

Apparu vraisemblablement au XVIIe siècle, le lambrequin est d’abord en bois puis en fonte moulée. La fin du XIXe fut une période de profusion notamment sur les immeubles "bourgeois" avant l’apparition de la persienne brisée se repliant dans l’épaisseur de l’embrasure. Le lambrequin dont les derniers modèles sont en tôle de facture banale disparait autour des années 1930 pour reparaitre vers la fin du XXe dans sa fonction de décoration en modèles contemporains peu ornés. Le volet roulant en plastique avait sonné le glas du lambrequin ôtant aux façades lyonnaises leur élégante spécificité.

 

Simone Dufour

 

Pour en savoir plus, voir bulletin SEL n° 104 (novembre 2013) : Ferronneries et fontes d'ornement des façades lyonnaises


 

LES LAMBREQUINS EN BOIS

 

Cliquer sur une des images pour accéder à la photothèque

 


Bord droit

et bandeau plein


Bord droit
et bandeau ajouré


Bord à motif en frise
et bandeau plein



Bord à motif en frise

et bandeau ajouré


Bord à motif symétrique
et bandeau plein


Bord à motif symétrique
et bandeau ajouré



Bandeau avec effet
de relief


Pseudo

Lambrequins



Ont participé à la création de cette base photographique :

Maurice Berthelon, Richard Bonneville, Armande de Bourguignon, Simone Dufour,
Michel Locatelli, Gilles Quiblier, Philippe Raucoules.